BRYONE dioïque (H)

Bryone dioïque

Retour à la liste des plantes

BRYONE dioïque
Bryona dioica

Noms vernaculaires : Rave de serpent, Navet du Diable…
• Anglais : Red bryony…

Présentation
Famille : Cucurbitacées
• La Bryone est cette espèce de folle qui grimpe et s’accroche à tout ce qui l’entoure, pouvant émettre des « lianes » de 4 m. de long. Vivace, elle naît d’un fort rhizome tubéreux qui prend parfois forme humaine, aussi usurpait-elle parfois le nom de la « Mandragore ». Très commune en France, elle est de la même famille que la Courgette ou le Melon, c’est même la seule cucurbitacée indigène en France. Pourtant, toutes ses parties sont toxiques, et surtout la racine. Ses grandes feuilles à 3 ou 7 lobes (palmatilobées) sont accompagnées de longues vrilles. Les fleurs, dioïques, sont d’un blanc verdâtre et se réunissent en grappes pétiolées. Les fleurs mâles et femelles s’épanouissant sur des pieds différents. On reconnaîtra le sexe de la plante à ce que les fleurs mâles ont un pédoncule plus long que les femelles. Les fruits sont des baies lisses et rouges de ± 1 cm de diamètre, à suc très fétide contenant de 4 à 6 graines.

Habitat
• La Bryone affectionne les haies et buissons où elle pourra recouvrir sans vergogne ses supports voisins. Elle apprécie les sols argileux mais aussi le calcaire.

Phytothérapie
• Propriétés : abortive à forte dose, cholagogue, expectorante, toxique car puissant purgatif, vésicante…
• Constituants : alcaloïdes (bryonicine), cucurbitacines, glucosides, hétérosides (bryonine, bryonidine), résine (bryrésine), tanin…
• C’est la racine qui est employée en phytothérapie.
• Attention, le suc des racines peut causer des irritations de l’épiderme.
• Un enfant pourrait succomber à l’ingestion d’une quinzaine des appétissantes baies rouges.
• Les jeunes pousses sont parfois ramassées, cuites à l’eau, et mangées à la façon des asperges. Mais cela n’a rien d’exceptionnel au goût.
• Ne pas confondre avec le Houblon dont on peut consommer les jeunes pousses.

Anecdote
• La racine était autrefois utilisée en friction. Elle passait pour neutraliser les douleurs rhumatismales.

Prévention
• Tous les renseignements phytothérapiques sont donnés à titre indicatif.
• En cas de troubles graves, consultez votre médecin.