CAPRIER commun (J)

Câprier commun Câpre

Retour à la liste des plantes

CAPRIER commun
Capparis spinosa

Nom vernaculaire : Câpre commune…
• Anglais : Caper tree
• Allemand : Kapern-strauch
• Espagnol : Alcaparro
• Italien : Cappero
• Portugais : Alcaparreira
• Russe : Kapersôvy kouste
• Suédois : Kapris-buske
• Turc : Kébéré…

Présentation
Famille : Capparidacées
• On compte ± 300 espèces de câpriers répartis sur tous les continents, dans les zones tempérées à tropicales. Seulement deux sont cultivées. La plus intéressante est cette «Capparis spinosa» que l’on rencontre autour de la Méditerranée. On le dit originaire d’Orient et les Grecs l’auraient ramené de leurs colonies pour les implanter en Provence. C’est un arbuste vivace, touffu, qui préfère s’allonger que dépasser un mètre de haut. Les tiges, pubescentes au sommet, portent des feuilles alternes, d’un beau vert, simples et ovales. Le pétiole présente à sa base deux stipules épineuses et courbées. Les belles et larges (5 à 6 cm) fleurs blanc-rose présentent de nombreuses et grandes étamines entourées de quatre pétales. Solitaires, ces fleurs sont portées par de longs pédoncules axillaires. Elles fleurissent en juin, juillet. la pollinisation est faite par les insectes (entomophile). Il en adviendra des fruits charnus contenant de multiples graines.

Histoire
• Du latin «capra», chèvre, peut être parce qu’elles seules pouvaient le manger malgré ses épines.
• Le Câprier originel possédait des épines acérées avant que d’être greffée d’une espèce sans épines pour donner le Câprier de nos cultures. Il est depuis longtemps cultivé en Algérie et Tunisie et dans le Sud de la France.

Cueillette
• On récolte les fleurs encore en bouton (± 6 mm), (de juin à septembre) les plus petits et bien ronds étant les plus appréciés. Leur odeur est plutôt faible. on les récolte le matin, avant leur déshydratation. On les conserve dans le vinaigre ou de la saumure.
• On peut aussi cueillir les fruits avant totale maturité. On les nomme «cornichons de câprier» et ils sont utilisés comme condiments.

Cuisine
• Les câpres accompagnent beaucoup de plats méditerranéens, sauces, salades, viandes et poissons, mis surtout la fameuse «tapenade» provençale.

Jardinage
• Le Câprier préfère les sols légers, drainés, sablonneux, à PH neutre ou un peu alcalin. Ce n’est pas une plante difficile qui fera une très belle plante ornementale couvre-sol si vous prenez soin de la protéger du vent froid et sec.
• La multiplication se fera par les graines, par bouturage ou division de touffe.

Phytothérapie
• Propriétés : antiscorbutique, diurétique, hypotensive (câpre). Apéritive, diurétique, tonique (racine). Antirhumatismale (feuilles)
• Constituants : acide caprique, glucoside (caparirutine), hétéroside, rutine, vitamine C…

Anecdote
• On donne un pouvoir aphrodisiaque à l’infusion de racine de Câprier que vous pouvez accompagner de miel. Jusqu’à la renaissance, les français disaient d’ailleurs : «Quand la câpre n’agit plus, l’homme doit renoncer à Vénus».