CHIENDENT (H)

Chiendent

Retour à la liste des plantes

CHIENDENT
Agropyrum repens

Noms vernaculaires : Blé rampant, Chiendent officinal, Froment rampant, Gramon, Herbe à chien, herbe à deux bouts, Petit chiendent, Sainte-neige, Tranuge, Vagon…
• Anglais : Couch-grass, Twitch-grass

Présentation
Famille : Graminées
• On donne deux étymologies différentes au Chiendent. Son nom lui aurait été attribué à cause de la manie qu’ont les canins de se purger avec les feuilles, ou encore parce que sa racine porte des excroissances ressemblant à des crocs. Ajoutons une hypothétique raison, que tous les jardiniers pourront comprendre, c’est que le Chiendent ne lâche pas facilement prise lorsqu’il s’est installé dans une pelouse ou un jardin. Son rhizome a la particularité de pouvoir reprendre avec le moindre tronçon. Ses feuilles sont longues et étroites et ses fleurs sans pétales se rangent en épi un peu à la façon du blé. Mais n’oublions pas que le Chiendent était néanmoins une plante fort appréciée des Anciens pour ses multiples vertus thérapeutiques et culinaires.

Habitat
• Pourchassé par toute la gente agricole, le Chiendent n’en démord pas. On le trouvera partout, dans tous les sols, surtout ceux où l’on ne voudrait pas qu’il se développe.

Cueillette
• Négligé, pourchassé, rejeté, le Chiendent ne rend pas sa cause facilement défendable en nous présentant ses épis sans corolle. Ses fleurs vertes fleurissent au cours de l’été et le propagent ainsi encore davantage.
• Les cochons adorent le Chiendent.
• Jadis, la racine torréfiée servait de «café» et entrait dans la composition de bières et alcools.

Jardinage
• Une infusion de Chiendent bien corsée aura un effet très bénéfique pour votre compost (Il contient de nombreux minéraux).

Phytothérapie
• Propriétés : adoucissant, cholagogue, dépuratif, diurétique, émollient, purgatif, vermifuge…
• Constituants : huile essentielle, mucilage, triticine, saponides, sels minéraux, sucres…
• «Se mettre au vert» est une vieille expression donnée à la bonne habitude de faire une cure de printemps composée de feuilles et jeunes tiges de Chiendent associées également à des feuilles de Pissenlit et des feuilles de Plantain. Broyez le tout et consommez pendant quelques jours cette verdure, à jeun, à raison de ± 250 g.
• Les rhizomes seront récoltés au printemps ou à l’automne, lavés et séchés. Coupés en morceaux, ils feront une excellente tisane pour tous les problèmes rénaux et de vessie.
• Décoction de Chiendent : faites tremper quelques heures ± 30 g. de rhizome. Faites bouillir une minute et jeter cette première eau trop amère. Ecrasez les rhizome et retrempez les dans 1,25 l. d’eau chaude. Faites bouillir à nouveau jusqu’à réduction à 1 l. et laissez reposer. Aromatisez avec un citron.
• A utiliser comme fourrage pour les vaches laitières. Cela augmente la production et la qualité du lait.

Anecdote
• Le Chiendent a longtemps été récolté pour ses propriétés. On en a fait du pain, des boissons, et bien sûr, des “brosses à chiendent” avec ses racines garnies de dents efficaces.
• N’hésitez pas à en donner à manger aux chevaux. Leur robe sera très rapidement bien plus belle.
• Le Chiendent était une plante vénérée par les Gaulois et reconnue comme bénéfique.