GARANCE voyageuse (H)

GARANCE voyageuse Fleur

Retour à la liste des plantes

GARANCE voyageuse
Rubia peregrina

Noms vernaculaires : Garance sauvage, Petite garance…
• Anglais : Wild madder…
• Occitan : Arrapa-man, Arrapamans, Arraparèla, Arraparello, Garança, Garança sauvatja, Garanço bastardo, Gazania, Gazània, Rastelet, Rairestèu, , Rebola, Réjistel, Roja, …

Présentation
Famille : Rubiacées
• Ne pas confondre la Garance « voyageuse » avec la Garance « tinctoriale », Rubia tinctorum. Elles ont toutes deux de longues tiges grimpantes, carrées, avec aux angles des lignes de petites pointes crochues. La Garance voyageuse peuvent atteindre ± 5 m de long. Les feuilles verticillées et coriaces sont longues, fines, avec des dents crochues sur le pourtour du limbe. Elles persistent en hiver contrairement à la . Elles sont rangées en verticilles par 4 à 6 avec une nervure centrale alors que la « tinctoriale » a plusieurs nervures. Hermaphrodite, elle possède des petites fleurs jaune-vert, rangées en cyme, qui fleurissent en été. Le fruit est une baie noire et brillante. Moins efficace que sa sœur, on peut néanmoins extraire le colorant rouge-orangé de son rhizome rampant.

Habitat
• On la trouvera dans les haies, et les bois… Jusque ± 1.200 m. d’altitude.
• Elle apprécie le calcaire…

Phytothérapie
• Propriétés : diurétique, laxative, …
• Constituants : …
• Ne pas consommer les baies, mais il est dit qu’en Sicile on en ferait de la confiture (?)

Anecdote
• La vieille expression « en pincer pour la Garance » signifiait qu’on appréciait le métier de militaire. L’uniforme des soldats de l’infanterie française était en partie teint de cette couleur rouge donnée par la Garance Rubia tinctorum.
• Garance est le prénom que porte l’héroïne du film de Marcel Carmé, « Les Enfants du Paradis », interprétée par Arletty (1946).