ORANGER des osages (J/S)

Oranger des osages

Retour à la liste des plantes

ORANGER des osages
Maclura pomifera

Noms vernaculaires : Bois d’arc, Maclure…
• Anglais : Hedge-apple, Bodark…

Présentation
Famille : Moracées
• Hauteur = ± 15 à 20 m.
• On en compte une douzaine d’espèces. C’est un arbre dioïque (l’arbre est mâle ou femelle) à port arrondi et branches épineuses. Il sécrète un latex qui peut provoquer des problèmes cutanés. Son écorce contient un colorant jaune orangé (morine). Les feuilles, caduques, sont alternes, simples, à bord ondulé qui deviennent jaune en automne avec un apex effilé. Les minuscules fleurs jaunes ne dépassent pas les ± 2 cm et n’apparaissent pas avant la dizaine d’année de l’arbre. Les graines sont plates, de ± 1 cm de long. L’arbre femelle offre un fruit, de la taille d’une grosse orange de ± 10 cm de diamètre, non comestible, qui est un amalgame de drupes. Il est de couleur orange à maturité, en automne, qui n’est pas comestible.

Habitat
• Originaire d’Amérique du Nord (Texas, Oklahoma…)
• Il apprécie les endroits à sol plutôt sec et ensoleillé.
• Rustique, il supporte le froid jusque – 15° et supporte bien la sécheresse.
• Introduit en Europe en 1823 par Victor Leroy, botaniste amateur.

Multiplication
• C’est le vent qui s’occupe de la pollinisation.
• Par semis au printemps.
• Par bouturage en fin d’été.

Phytothérapie
• Constituants : morine…

Utilisation
• Son bois est jaune et très dur. Imputrescible, il peut être utilisé pour les barrières et les travées de chemin de fer.
• Les Sioux s’en servaient pour confectionner leurs arcs.
• Les indiens Osages utilisaient l’écorce pour faire une teinture jaune pour le cuir, et le latex (donné comme toxique) pour colorer le visage.
• C’est un superbe arbre ornemental.

Anecdote
• Les Osages sont les représentants d’une tribu indienne Sioux d’Amérique vivant près de la rivière du même nom.
• Maclura est le nom d’un géologue américain (W. Maclure) du début du 19e siècle.
• Dans la famille des moracées, on compte le Mûrier, l’arbre du ver à soie.
• En 1934, dans les Grandes Plaines, 30 000 km de haies ont été plantées (soit 220 millions d’arbres) afin de lutter contre les tempêtes de poussière.