PAPYRUS (J/S)

Papyrus

Retour à la liste des plantes

PAPYRUS
Cyperus alternifolius

Noms vernaculaires : Papyrus à feuilles alternes, Plante ombelle, Plante ombrelle, Cyperus nain…
• Anglais : Umbrella plant, Umbrella papyrus, Umbrella palm…

Présentation
Famille : Cypéracées
• Originaire d’Afrique centrale, on compte environ 500 espèces de cette belle plante vivace à feuillage persistant qui peut atteindre jusque 5 m. de haut. Son nom antique égyptien, per-peraâ_, est l’origine de notre mot « papier ». Le Papyrus (_Cyperus papyrus) à aujourd’hui presque disparu des berge du Nil où on l’utilisait pour de multiple usages domestiques, culinaires et même sacrés. Il était l’emblème de la Basse-Égypte et s’associait à la couleur verte. L’étymologie de son nom est « Fleur du roi » pour les anciens égyptiens.
• Le Cyperus alternifolius ne dépasse pas 2 m de haut. Les longues tiges ligneuses, brillantes et lisses, portent des feuilles alternes, linéaires, disposées en étoile au sommet. L’intérieur de la tige est empli d’une moelle identique à celle du Sureau. De mai à juin, les fleurs hermaphrodites et écailleuses sont disposées au sommet de la couronne. Le système racinaire est rhizomateux.

Habitat
• Le Papyrus aime la lumière autant que la mi-ombre, un sol riche et léger, plutôt humide. (Personnellement, je met le pot directement dans l’eau du bassin).
• En période de sécheresse, l’extrémité des feuilles se dessèche.
• Il peut sembler avoir gelé l’hiver, mais il reprend de la souche au printemps.

Multiplication
• Vous pouvez le bouturer aisément en coupant une ombelle que vous immergé à l’envers dans un récipient d’eau. Une fois les racines apparues vous pourrez le repiquer en pot.

Bestioles
• Le Papyrus peut être attaqué par les pucerons.

Phytothérapie
• Propriétés : absorbant et dépolluant… C’est une plante purificatrice.
• Constituants : ?…

Anecdote
• Les anciens Égyptiens de basse condition se nourrissaient de la partie charnue de la tige.
• Les longues tiges étaient utilisées pour la vannerie et la confection d’embarcations.
• Le « papier » des anciens égyptiens était réalisé avec les pellicules extérieures de la tige. Ces pellicules étaient détachées et coupées en bandes puis collées en croisant les fibres jusqu’à obtention de l’épaisseur désirée. Le papyrus grossier (lénéotype) était réalisé avec les pellicules les plus extérieures. Avec les pellicules intérieures on obtenait le papyrus sacré (hiératique).

Prévention
• Tous les renseignements phytothérapiques sont donnés à titre indicatif.
• En cas de troubles graves, consultez votre médecin.