PAQUERETTE (H)

Pâquerette Fl

Retour à la liste des plantes

PAQUERETTE
Bellis perennis

Noms vernaculaires : Fleur de Pâques, Petite marguerite
• Anglais : The Common Daisy

Présentation
Famille : composées
• Vous connaissez sans doute la ravissante petite Pâquerette, Marguerite miniature qui parsème les pelouses dès l’époque de la fête religieuse, d’où son nom. C’est une plante vivace à rhizomes, qui peut émettre des rejets. Une rosette de feuilles crénelées et velues, en forme de spatules, laisse échapper quelques hampes florales pouvant atteindre vingt centimètres de haut. Les fins pédoncules sont terminés par un unique capitule composé au pourtour de fleurs ligulées blanches, que l’on prend en général pour des pétales. Le cœur jaune central est une spirale de fleurs tubulées qui fleurissent de l’intérieur à l’extérieur. Par mauvais temps, elles se trouvent protégées par les fleurs périphériques qui se replient.

Habitat
• Commune un peu partout en Europe, la Pâquerette se développe sans problème dans les prairies, sur les bords des chemins de campagne, jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Elle peut supporter des froids intenses, jusqu’à -17°C, et renaître, aussi belle, avec les premiers beaux jours.
• On a constater que la pâquerette poussait sur les terrains manquant de chaux, et qu’elle leurs en apportait.

Cueillette
• Son nom latin est Bellis perennis, ce qui signifie “la belle qui dure longtemps”. On comprend à ce titre que l’on pourra rencontrer les fleurs de Pâquerette sur une longue période de l’année.

Cuisine
• Certains consomment les jeunes feuilles en salade mêlées au pissenlit dont elles baissent l’amertume.
• Le feuilles cuites peuvent accompagner les viandes grasses
• En décoction (± 35 g. de fleurs et feuilles fraîches pour 1 l. d’eau, chauffer doucement, laisser bouillir 2 mn et infuser 10 mn.) pour lutter contre les affections des voies respiratoires, les rhumatismes, l’exzéma, les règles douloureuses ou abondantes (3 tasses/jour entre les repas)
• Les feuilles fraîches mâchées soignent les aphtes et ulcérations de bouches.
• Le vin de pâquerettes (2 poignées de plantes fraîches pour 1 l. de vin blanc), 1 verre tous les matins pour soigner l’hydropisie, les rhumatismes, les ecchymoses et contusions. A utiliser aussi après un fort coup à la tête.

Phytothérapie
• Propriétés : anti-inflammatoire, dépurative, diurétique, expectorante, sudorifique, tonique, vulnéraire
• Constituants : huile essentielle, tanin, saponine
• Fleurs et feuilles fraîches écrasées calmes les contusions et entorses.

Anecdote
• La pauvre Pâquerette a été massacrée en Allemagne au XVIIIe siècle, car accusée, à tort, d’être une plante abortive, c’est-à-dire de pouvoir provoquer, par absorption, des avortements.
• Une légende de la Côte-d’Or raconte que le jour de la naissance de Jésus de Nazareth les bergers lui offrirent leurs plus beaux cadeaux. Mais parmi eux, un petit berger qui ne possédait rien, offrit à Jésus une Pâquerette que celui-ci baisa du bout des lèvres. C’est depuis ce jour que la fleur est marquée de rose à l’endroit du baiser.