ROMARIN officinal (J/S)

Romarin officinal

Retour à la liste des plantes

ROMARIN officinal
Rosmarinus officinalis

Noms vernaculaires : Encensier, Herbe aux couronnes, Rose-marine, Romarin des troubadours, Roumanin…
• Anglais : Rosemary
• Hollandais : rozemarijn

Présentation
Famille : Labiées
• Son nom vient du latin «ros» rosée et «marinus» marine. Le doux Romarin passait dans l’Antiquité pour une plante sacrée. On en a d’ailleurs trouvé des rameaux à l’intérieur des tombes égyptiennes. Aujourd’hui, il entre dans la composition de vinaigres, miels et multiples liqueurs. La tradition lui reconnaît des propriétés stimulantes, toniques et de jouvence, au point que Mme de Sévigné s’enivrait tous les jours d’eau de Romarin pour conserver une gaieté constante. Le Romarin est un arbrisseau qui peut atteindre un mètre cinquante de haut. Très ramifié, il possède des petites feuilles opposées en croix et sessiles. Les petites fleurs labiées de couleur bleu clair se réunissent en grappes et dispensent un arôme très apprécié en cuisine.

Habitat
• Originaire d’Europe méditerranéenne, le Romarin demande un climat chaud et sec, bien qu’il supporte le gel. Il est présent jusqu’à 1500 mètres d’altitude.

Cueillette
• Le Romarin se récolte sans problème toute l’année.

Bestioles
• N’hésitez pas à en disposer dans vos armoires, il éloigne les mites.

Cuisine
• Découvrez et dégustez la Gelée de Romarin de La Lorien (rubrique “Boutique”, avec les recettes associées)
• La saveur du Romarin est piquante et vous en mettrez avec parcimonie dans vos recettes de marinades, ragoûts, gibier.
• Vous pouvez faire infuser quelques feuilles de romarin dans du lait dont vous vous servirez pour parfumer les puddings et crèmes au lait.
• Parfumez votre sucre en glissant un brin de romarin dans votre sucrier.

Phytothérapie
• Propriétés : antiseptique, antispasmodique, cholagogue, diurétique, stimulant, stomachique, tonique, vulnéraire…
• Constituants : acides organiques, choline, hétérosides, huile essentielle, saponide…
• La décoction de sommités fleuries (100 g. pour 1 l. d’eau ou vin blanc, bouillir 2 mn. et infuser 15) utilisée en lotion tous les deux jours est réputée pour entretenir la beauté du visage et faire reculer les rides.
• Vin de Romarin : 200 g. de feuille fraîches pour 1 l. de vin blanc; Laissez macérer une quinzaine de jours en remuant de temps en temps. Filtrez. Un verre après le repas comme digestif, fortifiant, diurétique.
• En infusion, on le recommande pour les problèmes capillaires tels que pellicules, manque de brillance…
• On mangeait autrefois les sommités fleuries, le matin à jeun, à la croque-au-sel, afin de fortifier la vue.

Anecdote
• On raconte que des voleurs furent pris à dépouiller des cadavres de pestiférés lors de la grande peste qui sévit à Toulouse au XVIIe siècle. Ils s’immunisaient contre la maladie au moyen d’un vinaigre de Romarin de leur composition. Ils évitèrent le bûcher en communiquant leur recette. (Je la cherche…)
• La légende dit que la reine Elisabeth de Hongrie, alors âgée de soixante-douze ans, infirme et souffrant de la goutte, reçu d’un ermite une liqueur de jouvence à base de Romarin. Le breuvage, à qui elle donna son nom, lui rendit la splendeur de ses vingt ans et elle fut même demandée en mariage par le roi de Pologne. Recette : ± 950 g. d’esprit de vin distillé 4 fois, ± 600 g. de fleurs de Romarin. Mettre ensemble en pot pendant 2 jours puis distiller en alambic au bain-marie.